2020 épHémères-entrActe #5 : François FRECHET, Château de Monbazillac

entre deux Biennales épHémères, l’entrActe !
fin juillet – fin septembre 2020

Château de Monbazillac
dans le parc

François FRECHET
Anthocyanes

♦ L’oeuvre

« Anthocyanes »

Du cep à la mise : du long travail dans la vigne à la mise en bouteille, la barrique, articulation essentielle de cette difficile élaboration, a été le point de départ de ma réflexion et de ma rencontre avec ce lieu.
Cette sculpture est réalisée avec des douelles, récupérées de barriques ayant eu trois vins. Elle veut montrer l’intérieur de la barrique, marqué par trois ans d’échange intime entre le bois et le vin. Les douelles sont imprégnées de tanins, d’anthocyanes, et de flavones (molécules du raisin, rouge, orangé, jaunes) qui leur donnent cette couleur particulière, racontant la vie intérieure de la barrique.
J’ai assemblé aux extrémités, les douelles serrées l’une contre l’autre, comme dans un tonneau, mais présentant leurs faces internes vers l’extérieur, pour montrer la subtilité des couleurs traduisant la finesse des échanges entre bois et vin pendant de longs mois. Vers le centre, les douelles sont retournées et écartées pour exprimer la tension à l’éclatement d’une barrique déshabillée de ses cercles métalliques.
Ce volume ne peut contenir du vin, mais veut rendre compte d’une histoire, celle de la fabrication du tonneau par le tonnelier, de sa vie de contenant, et de sa nouvelle expérience… 
François FRECHET, juin 2020

♦ Le lieu

Le Château de Monbazillac dont le nom est associé à un vin renommé, haut lieu du tourisme en bergeracois, et qui accueille expositions d’art contemporain et vie culturelle.

MONBAZILLAC – un vin noble élevé avec délicatesse

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La spécificité du vin de Monbazillac tient à la présence d’un champignon microscopique qui transforme les grains de raisin au début de l’automne. Durant cette période, dans cette vallée, les brouillards humides se forment le matin avant que ne surviennent les chaleurs de l’après-midi. Ce phénomène favorise le développement du Botrytis cinerea qui provoque une réduction de volume à l’intérieur du grain de raisin, en modifie la nature et augmente sa teneur en sucre. Le Monbazillac s’inscrit dès lors parmi les vins liquoreux les plus nobles et son élégance jouit d’une notoriété mondiale.

Les vignobles sont vendangés manuellement, par tris successifs. Trois passages sont généralement réalisés, parfois beaucoup plus, en fonction de l’évolution du champignon parasite.
Pour perpétuer les pratiques anciennes, les raisins sont mis entiers dans le pressoir. Ils sont pressés directement et travaillés de manière douce, en pression très lente, pour préserver les grains fragiles. Le moût est mis à débourber quelques heures avant d’être mis en cuve ou en barrique pour que s’y effectue la fermentation alcoolique. Le vin est élevé en cave fraîche. Au cours de cette opération, les particules en suspension (les lies) se déposent et sont éliminées par soutirage.
Associer méthodes traditionnelles et techniques modernes, innovantes, caractérise désormais la philosophie de la Cave Coopérative de Monbazillac.

En 1960, elle devient propriétaire* du château de Monbazillac construit vers 1550 et classé monument historique. Depuis quinze ans, elle s’est aussi engagée dans un mécénat artistique et culturel.

*Vingt ans après sa création en 1940, le 5 mai 1960, la quinzaine de viticulteurs fondateurs de la Cave Coopérative devaient prendre une décision d’importance : l’achat du château de Monbazillac et de son domaine dont la cave coopérative était fermière. Après les gelées meurtrières de 1956 qui avaient ravagé une partie du vignoble, cette proposition méritait réflexion… Votée, à bulletin secret, elle fut acceptée à l’unanimité ! Ces administrateurs, vignerons, n’étaient pas indifférents à l’art et à la culture. Ce sont  les 50 descendants de ces viticulteurs, qui œuvrent désormais à la préservation et au rayonnement du château, patrimoine emblématique du Bergeracois.

Page facebook du Château de Monbazillac


♦ La page de l’artiste invité

 


♦ Installation de l’œuvre
30 et 31 juillet

> Merci à Laurent pour son aide.

> Oeuvre réalisée avec des douelles de barriques données par la Cave de Monbazillac et des cercles métalliques (le grand est en inox) fabriqués sur commande par CTM Chaudronnerie, entreprise de Monbazillac.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


♦ Infos pratiques

Accès libre et gratuit à l’oeuvre de François Fréchet située devant le pavillon d’entrée.
Accès payant au château et au parc.
Juillet-Août : ouvert 7j/7 de 10h à 19h30
Tél.  +33 (0)5 53 63 65 00
Email: monbazillac@chateau-monbazillac.com

Clic… agrandir !


♦ Presse/Web

22 août 2020 ; article de Jean-Louis Borredon pour le journal Sud Ouest

Clic… agrandir !

  Article de Jean-Luc Chanteau
publié dans Sud Ouest web le 13 août 2020 et Sud Ouest Dimanche le 23 août 2020

Clic… agrandir

9 août 2020 : ctmchaudronnerie sur Instagram


♦ Partenaires et soutiens

> Ministère de la culture
   Direction Régionales des Affaires Culturelles de Nouvelle Aquitaine (DRAC)

> Conseil régional de Nouvelle Aquitaine  

> Conseil départemental de la Dordogne

> Communauté d’Agglomération Bergeracoise (CAB)

> Cave de Monbazillac, propriétaire du Château de Monbazillac

> Château de Tiregand

> EDF Hydro Dordogne


L’association Les Rives de l’Art est membre de ASTRE – Réseau des Arts plastiques et visuels en Nouvelle Aquitaine.


Retrouvez Les Rives de l’Art sur facebook

 

épHémères-entrActe #5

haut de page