Biennale épHémères 2021 #8 : Arno FABRE, Château La Jaubertie à Colombier

Biennale épHémères 2021, édition 8
3 juillet > 30 septembre
7 artistes, 6 lieux

Parcours artistique croisant art contemporain
et patrimoine en Sud Dordogne-Périgord

Château La Jaubertie – Colombier

Arno FABRE

♦ L‘artiste

polyphonie sans concession

Arno Fabre, Cloche (détail), photo ©Arno Fabre

Les variations d’un non-conformiste

« Arno Fabre aurait pu être cowboy, cascadeur pour le cinéma, ornithologue en Antarctique, alpiniste tentant de gravir l’Annapurna, tailleur de pierre au XIe siècle, apprenti anthropologue en Amazonie ou chasseur-cueilleur au néolithique. Finalement, il a conduit les tracteurs, fait du vélo, démonté le piano, étudié à Louis Lumière et au Fresnoy. Aujourd’hui, il vit à Toulouse, fait toujours du vélo et réalise des œuvres qu’il expose de par le monde, que ce soit des installations sonores complexes, des photographies de paysages ou même de simples textes écrits au mur. » 
Ainsi Arno Fabre s’auto-présente-t-il sur son site Internet, copieux et minutieusement organisé.
Pour le connaître au-delà de son entrée en matière quasi surréaliste, mieux vaut regarder ses œuvres et disséquer ses intentions.
Dans le Périgord, à la Maison de La Boétie à Sarlat, où il était invité en résidence, il a transformé les murs intérieurs en recopiant à la main les 58.351 signes du Discours de la servitude volontaire. L’ensemble donne l’effet d’un enveloppement étrange, « ainsi physiquement au cœur du texte et l’embrassant dans sa totalité nous pouvons en faire une expérience singulière et troublante dans un calme prospectif. »
Arno Fabre, touche-à-tout polyvalent, aime travailler sur les sons – et par là même les silences. Au-delà de l’exemple proposé cet été à La Jaubertie, il a notamment créé Les Souliers, un ensemble de chaussures pilotées par ordinateur et résonnant de divers piétinements. « Une sorte de ballet de souliers très divers, godasses ou escarpins, battant la mesure, se balançant dans le vide et provoquant le silence, comme une armée un peu étrange. »
Arno Fabre, poussé par une curiosité insatiable, décortique allègrement de nombreux règlements, législations, ordonnances et autres obligations et interdits qu’il transgresse à sa manière. Ainsi, dans le cadre des Chemins d’art en Armagnac (autre itinérance art contemporain-patrimoine) il a installé une croix monumentale sur le parcours desdits Chemins, à La Cour Salvandy, à une époque où certains s’interrogent sur la présence de crèches dans l’espace public.
Autre affaire sensible : la présence du loup, espèce protégée ayant débordé depuis 1992 d’Italie vers la France. Animal témoignant « de la complexité de notre rapport au sauvage et de notre besoin hégémonique de domination. » Sur les traces du loup, Arno Fabre lui adresse un film en 666 questions…
Et ce ne sont pas les seules questions que cet artiste ose nous poser… sans nécessairement l’intermédiaire d’un loup.

♦ Le lieu

Aujourd’hui, ce sont des vignes. Mais le territoire de La Jaubertie (du nom de la petite rivière qui le parcourt) a connu bien des usages.  On y trouve des traces d’un campement néolithique.  
Au XVIe siècle, la propriété est le terrain de chasse du roi Henri IV qui l’offre à sa favorite Gabrielle d’Estrée. L’ensemble est agrandi et embelli au XVIIIe par Léon Beylet, médecin de Marie-Antoinette. L’architecture continuera d’évoluer jusqu’au début du XXe siècle où, à la suite d’un incendie (1916), l’entrée est couronnée d’un fronton triangulaire qui lui confère une harmonie nouvelle. Le domaine est inscrit à l’inventaire des monuments historiques depuis 2005.
Propriété de la famille Ryman depuis 1974, la propriété compte une cinquantaine d’hectares de vigne répartis en trois terroirs : le plateau, idéal pour les vins rouges, les coteaux ou versants, royaume des vins blancs, ainsi que les bas-fonds qui conviennent aux rosés et à certains blancs. Depuis 2008, tout le vignoble est certifié en agriculture biologique et produit des vins dont la qualité en fait un des fleurons de l’appellation de Bergerac. 
Accueillir au cœur des vignes des propositions artistiques, rien de plus naturel pour Hugh & Anne Ryman qui souhaitent rapprocher le vin et l’art en suscitant toujours plus d’émotion. 
Durant cet été, c’est dans ce domaine qu’une œuvre de Arno Fabre rythmera le temps…

♦ La page de l’artiste invité

♦ Installation (à venir)

♦ Vernissage

♦ Infos pratiques / Château La Jaubertie à COLOMBIER

Cloche sonne toutes les heures de 9h à 17h jusqu’au 30 septembre.

→ Situation

Localisation et coordonnées
Coordonnées GPS : 44.7743, 0.51948
24560 Colombier

  → Horaires
jusqu’à 19h en été
Samedi inclus du 15 avril au 15 septembre
10h – 17h en dehors de la période estivale

♦ Continuer le parcours d’épHémères 2021

♦ Presse

♦ Partenaires et soutiens

En 2010, à Sarlat, Arno FABRE était l’invité des Résidences de l’Art en Dordogne, programme départemental coordonné par L’Agence culturelle Dordogne-Périgord

Tous les partenaires et soutiens

L’association Les Rives de l’Art est membre de ASTRE – Réseau des Arts plastiques et visuels en Nouvelle Aquitaine.

Retrouvez Les Rives de l’Art sur facebook

Retrouvez Les Rives de l’Art sur facebook

Biennales épHémères 2021 #8                                                         les Biennales épHémères

haut de page