Biennale épHémères 2021#8 : Vincent OLINET, Pavillon des Recettes à La Force

Biennale épHémères 2021, édition 8
3 juillet > 30 septembre
7 artistes, 6 lieux

Parcours artistique croisant art contemporain
et patrimoine en Sud Dordogne-Périgord

Pavillon des Recettes, vestiges du château – La Force

Vincent OLINET

♦ L‘artiste

la magie de l’ordinaire

Vincent Olinet, Nature morte, 2018 – photo Alain Vergez

« Si mon travail apaise l’esprit,
c’est le plus beau compliment qu’on puisse me faire. »

Vincent Olinet manipule la scie, les clous, le marteau, l’agrafeuse, la résine, le bois, les parpaings – c’est un ouvrier d’art. Vincent Olinet transcende les objets ordinaires – c’est un poète en trois dimensions. Son univers est onirique, fragile, imprévisible. Ses gâteaux et ses bâtons de rouge à lèvres, perles et cristaux, ses balais-perruques, les rails de son chemin de faire mélangent les rêves, les souvenirs, les faux-semblants, l’allégresse, la mélancolie… Le lit de princesse posé sur l’eau d’un bassin ou d’un canal est une vision de rêve, promise à une fin toute proche, romantique et pathétique. Les touches blanches et noires du piano en parpaings invite à la musique mais n’émettent aucun son… Le buffet avec carafes, verres, fleurs et fruits, tous de glace, fondent au soleil couchant. Eblouissant et inutile. 
« Une fois qu’on a compris comment marchaient les mécanismes du temps, on se rend compte que rien n’est jamais aussi beau que ce qu’on avait espéré. On passe par de nombreuses désillusions. Je fais un travail réaliste par rapport au monde des désillusions. »
Cette année Vincent interviendra dans un lieu étrange, taillé à sa mesure : le Pavillon des Recettes de La Force. « Il ne reste que cela du château, le toit est effondré, c’est le minimum du minimum… ce qui en fait une façade de théâtre, un décor de cinéma. C’est une manière de le réhabiliter, d’occuper le lieu, même si cette présence est fantomatique. »
« La création, c’est le doute », dit-il encore. « Si on est sûr de tout, on ne fait pas d’art ». Dans le doute, Vincent Olinet présente des objets qui suscitent la curiosité et favorisent l’imaginaire.

♦ Le lieu

La Force doit sa réputation à la Fondation créée par John Bost, pasteur protestant du XIXe sièclequi y installa des asiles accueillant les personnes souffrant de détresses physiques ou psychiques. Moins célèbre, le Château est annoncé par un panneau patrimoine au centre du bourg. Celui-ci n’est plus, mais on en trouve la trace dans un vestige architectural au charme inattendu dénommé le Pavillon des recettes.
Aussi orgueilleux qu’éphémère, le château vit le jour en 1604 pour être démoli en 1793. Des estampes rappellent son architecture complexe. Le logis seigneurial donnait sur une cour hexagonale encadrée par deux ailes, prolongées de deux pavillons obliques. Un jardin le séparait des bâtiments de l’entrée, et c’est là que nous retrouvons sa trace, dans ce pavillon des Recettes, à l’origine, flanqué de deux écuries.
Depuis l’esplanade-parking, on aperçoit Les Recettes, étrange ‘ruine’, tel un décor de théâtre, mitoyenne de maisons ordinaires, dont l’intérieur s’orne de quatre niches de pierre blonde, discrètes et joliment proportionnées.
Il est difficile d’imaginer qu’ici fut un duché avec tant de richesses. Mais on peut compter sur Vincent OLINET, dont les installations poétiques sauront redonner à ce lieu le lustre et la magnificence d’autrefois.

♦ La page de l’artiste invité

♦ Installation (à venir)

♦ Vernissage

♦ Infos pratiques / Pavillon des Recettes à LA FORCE

→ Situation

Plan de situation à venir

→ Horaires

accès libre en tous temps

♦ Continuer le parcours d’épHémères 2021

Artistes, œuvres et lieux

♦ Presse

♦ Partenaires et soutiens