2017 Biennale épHémères #6 : Rainer GROSS

Biennale épHémères 2017, 6ème édition
24 juin – 30 septembre 2017

Art et patrimoine en vallée de Dordogne

 

Rainer GROSS
fugit tempus

Installation sculpturale dans les 2 salles d’exposition et dans la tour
Photos 1 et 2 : DR photos / © Rainer Gross ; avec l’aimable autorisation de l’artiste

Le château de Monbazillac fut créé à une époque de transition particulièrement importante de l’histoire (entre 1550 et 1582). C’est une période charnière entre le Moyen-Age et la modernité, où « la soif de savoir » engendre de nouvelles visions et connaissances du monde dans lequel nous tous vivons. Mais la seconde moitié du XVIe siècle était également une période de chaos politique et de violences interconfessionnelles sans précédent qui illustrent de façon saisissante le côté obscur de l’humanité. C’est une époque fortement marquée par les guerres de religions à travers l’Europe, la chasse aux sorcières et l’inquisition, une époque de carnages et massacres, de la cruauté et la barbarie humaines.

Il est fascinant de penser que le château de Monbazillac fut érigé pendant la période de ces événements… Et puis (peut-être) de se rendre compte, lors de la visite d’une exposition d’art organisée dans ces murs en été 2017, que pendant et après un demi-millénaire, certaines choses n’ont pas vraiment changé…

Dans ce contexte, mon projet pour le château de Monbazillac n’a tout d’abord pas d’autre objectif que de transmettre une expérience spatiale et de créer un contrepoids visuel au milieu environnant chargé d’histoire. Mais en même temps, il renvoie, par le biais de connotations et d’associations, au caractère fugace de notre monde pour interroger notre rapport au passage du temps, aux constructions et actes humains et au cycle de la vie.

Rainer Gross, 2017

Suite de la galerie des photos prises par Rainer GROSS (3 à 33)
avec son aimable autorisation ; DR photos / © Rainer Gross

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Malgré ces photos, aussi belles soient-elles, rien, en photo/vidéo ou par écrit, ne saurait restituer l’atmosphère extra-ordinaire, si forte en émotion, de cette installation sculpturale de Rainer Gross : imposante, présentée dans la pénombre et non dans le « white cube » habituel des salles d’exposition, elle est accompagnée de gravures sur les murs et dans une vitrine, retraçant les violences qui ont émaillé la vie en France au XVIème siècle sans jamais atteindre le Château de Monbazillac.
Cette œuvre impressionne et incite à l’émotion, à la réflexion, au silence… comme dans une cathédrale.

« Pour moi, ce monde ne va pas bien » dit Rainer Gross. Il a parfaitement traduit son ressenti dans cette œuvre exceptionnelle en Sud Périgord.

Installation de l’œuvre

Du travail des « petites mains » des Rives de l’Art pour la peinture des lattes de peupliers à l’installation de l’œuvre par l’artiste… en passant par le transport de troncs : exit les « petites mains », bienvenue au transpalette et aux « gros bras » (Cave coopérative de Monbazillac, Alain et Hugues des Rives de l’Art, Sylvain Bourget, régisseur de la Biennale épHémères 2017 et Rainer Gross) !!!
MERCI à tous…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rainer GROSS, artiste invité par Les Rives de l’Art

Clic… page artiste invité ; Abbaye de Noirlac ; libre de droits copyright Rainer Gross

Site choisi, le Château de Monbazillac

photo Les Rives de l’Art

Classé Monument historique du 16ème siècle, le château de Monbazillac présente une architecture unique et originale, mêlant à des systèmes défensifs médiévaux la grâce du style Renaissance.
La dissymétrie voulue de la façade, avec ses petits toits irréguliers, ajoute à son élégance et donne un cachet d’originalité au château entouré de douves.
Il a été érigé sous François 1er durant la Renaissance, époque marquée à la fois par l’émergence en europe des idées humanistes, du renouveau intellectuel et artistique, mais aussi bouleversée par la réforme religieuse et son cortège de luttes, de guerres civiles et d’anarchie politique.
Etrangement, ce joyau du Bergeracois et de la vallée de la Dordogne, qui fut le « boulevard des protestants », est demeuré intact jusqu’à nos jours. Cette constance fait figure d’exception dans une région où les désastres de l’histoire ne laissèrent guère en repos les façades des demeures aristocratiques.

Le Château de Monbazillac est propriété de la Cave coopérative de Monbazillac.

Présentation du Château de Monbazillac par Laurence, guide au château, et de la cave coopérative de Monbazillac par Gilles Bartoszek, directeur de la cave.
Une vidéo de gascogne33 sur youtube Vignerons de Monbazillac

Presse

 

26 juin 2017

Vernissage des épHémères : avec humour, l’attente de l’équipe de Canal pourpre ! Et fugit tempus de Rainer Gross…

 

 

25 juin 2017

 

Clic… agrandir

 

 

18 juin 2017

Les artistes de la Biennale épHémères #6
projets, œuvres installées durant la Biennale 2017

Elvire BONDUELLE

Christophe DOUCET

Rainer GROSS

Jean-François NOBLE

Laurent PERBOS

Benoît SCHMELTZ

Elsa TOMKOWIAK

 

Retrouvez-nous sur facebook                                                                                                              

Biennale épHémères 2017 #6                                                               Les Biennales épHémères

haut de page