Biennale épHémères 2019 #7 : Pedro MARZORATI, bassin des écluses de Tuilières/MOULEYDIER

Biennale épHémères 2019 #7
Parcours artistique
Art contemporain et patrimoine en Sud Dordogne-Périgord
6 juillet – 30 septembre 2019

 

Mouleydier, à Tuilières, bassin des écluses du canal de Lalinde

Pedro MARZORATI
Where the Tides ebb and flow

Where the Tides ebb anf flow – Photo Pat van Boeckell ; Courtesy ©Pedro Marzorati

’Clin d’œil à la planète et aux volets de la maison de l’éclusier’

Pedro MARZORATI considère ses créations comme des actes de « militantisme écologique ». Une de ses œuvres les plus explicites, de ce point de vue, est l’installation Where the Tides ebb and flow. Les flux et reflux des marées sont ‘incarnés’ par trente bustes de résine bleue, à l’effigie de leur créateur. Ces sculptures sont posées à des hauteurs différentes dans des plans d’eau naturels. « C’est une interprétation poétique de cette problématique préoccupante du changement climatique et de la montée des eaux, mais je voulais l’exprimer d’une façon simple et ludique », explique Pedro Marzorati. « Je suis positif. J’essaie de trouver le côté positif des malheurs. Les personnages sortent de l’eau et y rentrent. On ne sait pas très bien si l’eau monte ou descend. C’est un moment de basculement, le côté poétique du réchauffement. »

Where the Tides ebb and flow fut mis en place pour la première fois aux Pays-Bas, territoire éternellement sous le niveau des eaux, au parc Waterlopboos (près d’Amsterdam), en 2008. C’était dans le cadre d’un festival de land art. Depuis, cette œuvre a parcouru divers pays mais sa présentation la plus médiatisée a sans doute eu lieu au Parc Montsouris, à Paris, lors de la COP21 (2015) – événement planétaire s’il en est.

Ainsi, les personnages bleus ont fait le tour du monde. Bleus ? Pour Pedro Marzorati « une couleur qui suscite la réflexion », Dans le parcours d’épHémères, leur bleu trouvera un écho dans celui des volets fraîchement repeints de la maison de l’éclusier, devenue la maison des pêcheurs, le long du canal à TUILIERES.

♦ Le lieu

Entre le canal de Lalinde et la Dordogne, la Voie verte, dénommée aussi Vélo route 91, reliera bientôt Souillac à Libourne (240 km).
Arrivés à Tuilières, direction le magique escalier de six écluses. Des végétaux luxuriants, verts d’humidité, à peine domestiqués, occupent les berges. Une eau énergique, forcément cascadante, bondit jusqu’à la rivière. Des ouvrages d’ingénierie de la plus belle époque industrielle présentent leurs machineries prises par la rouille.

Bassin des croisement des écluses du canal de Lalinde à Tuilières/Mouleydier, juste avant que le canal ne rejoigne la rivière ; Photo Les Rives de l Art

Du petit pont de pierre l’enfilade est éblouissante. En flânant le long d’une sente à peine défrichée, on atteint le bassin central. Ici, la maison de l’éclusier aux volets bleus s’offre une vue sur les émergés/immergés de Pedro MARZORATI.

Escalier d’écluses de Tuilières : maison de l’éclusier ; photo Les Rives de l’Art

→ Histoire de l’escalier d’écluses de Tuilières

« Du cingle de Trémolat à Bergerac, la navigation sur la Dordogne était rendue difficile et dangereuse par les passes du Grand Thoret, de la Gratusse et des Pesqueyroux.
En 1837, les Ponts et Chaussées engagent un marché public pour un canal de dérivation entre Mauzac et Tuilières. De nombreux ouvrages publics, barrages, bassins, écluses, ponts et aqueducs figurent au cahier des charges…
Le canal est ouvert au trafic en 1843. Il tombera en déclin avec l’arrivée du chemin de fer…
Un Syndicat intercommunal a été constitué pour la sauvegarde du canal. »
Extrait de Vent d’Ouest/Carnet de photographies aériennes de Philippe DUFOUR

Le canal de Lalinde est géré par 5 des communes riveraines : Baneuil, Lalinde, Mauzac, Mouleydier, Saint Capraise de Lalinde.

En 2016, la double porte n°5 de l’escalier d ‘écluses a été refaite.

l’escalier d’écluses de Tuilières et le bassin de croisement des gabarres ; photo Les Rives de l’Art, 2011

♦ La page de l’artiste invité

♦ Vernissage


♦ Infos pratiques/Tuilières

→ Situation

• A Tuilières

Clic… agrandir !

→ Horaires : accès libre et gratuit à toute heure

→ Accès et signalétique
– Fléchage « Biennale épHémères » sur la D660 et sur la Voie verte
→ dans le village
• le chemin du Moulin de la Ressègue amène au bord du canal de Lalinde, près du bassin des écluses : stationnement pour 4 à 5 véhicules ; accès aux écluses en amont, au port puis au lavoir en aval.
Accès aux écluses : traverser le canal sur le petit pont et prendre le chemin vers la droite ; se rapprocher des écluses et les longer plutôt par la gauche (accès direct au panneau d’information « Biennale épHémères »)
→ au niveau de l’usine hydroélectrique EDF de Tuilières : parking en bord de D660
Accès à l’œuvre de Jean-François NOBLE (Biennale épHémères 2017-voir ci-dessous) dans l’espace public d’EDF, puis arrivée en haut des écluses : on peut accéder à l’œuvre de Pedro Marzorati en marchant le long des écluses ou par le chemin goudronné en bord de canal puis de Dordogne.

Promenade bucolique et artistique à Tuilières sur la Voie verte le long de la Dordogne
→ En aval sur la Voie verte, aménagée depuis le port de Tuilières, à quelques centaines de mètres :
– Pedro Marzorati, Mano à mano, port de Tuilières
– Au lavoir de Tuilières, réalisation artistique des élèves des métiers de l’électricité et en chaudronnerie industrielle du Lycée des métiers Sud Périgord-Hélène Duc de Bergerac (professeurs : arts appliqués, Rosario Naissant-Marrero ; chaudronnerie, Olivier Chiarla)
→ Et si vous faisiez un léger détour ? A moins que vous ne passiez tout près, en amont des écluses, sur le chemin  entre canal de Lalinde et usine hydroélectrique EDF…
En 2017, la Biennale épHémères #6 avait invité l’artiste Jean-François NOBLE et les élèves apprentis chaudronniers (RCI-1) du Lycée des métiers Sud Périgord-Hélène Duc de Bergerac, avec leur professeur Olivier Chiarla.
Un partenariat avec EDF UP-Centre avait permis de les accueillir dans l’espace public de la centrale hydroélectrique de Tuilières, sur la commune de St Capraise de Lalinde.
De l’oeuvre
Saumon becquart à l’échelle du ciel, on peut toujours voir les montages photographiques de Jean-François NOBLE (en collaboration avec Michel LOISEAU) et les « toits-écailles de saumon » réalisés par les lycéens pour les panneaux d’information qui abritent aussi les photographies.


Horaires :
à voir sur la grille d’entrée de l’usine… On peut apercevoir une partie de l’œuvre et les « toits-écailles de saumon » depuis le chemin qui longe le canal.
Visites possibles de l’Espace public d’EDF et de l’ascenseur à poissons du barrage de Tuilières > Les balades d’EpHémères 2015 : balade sous le regard des animaux, au Barrage EDF de Tuilières

♦ Toutes les Infos pratiques

♦ Continuer le parcours d’épHémères 2019

Artistes, œuvres et lieux

♦ Presse

♦ Partenaires et soutiens

 

Biennale épHémères 2019 #7, un Festival en Nouvelle Aquitaine

 

 

un parcours artistique du département de la Dordogne

 

L’association Les Rives de l’Art est membre de ASTRE – Réseau des Arts plastiques et visuels en Nouvelle Aquitaine.


Retrouvez Les Rives de l’Art sur facebook

Biennales épHémères 2019 #7                                                                  Biennales épHémères

haut de page