Biennale épHémères 2019 #7 : Felice VARINI, Château de Monbazillac

Biennale épHémères 2019 #7
Parcours artistique
Art contemporain et patrimoine en Sud Dordogne-Périgord
6 juillet – 30 septembre 2019

 

Château de Monbazillac, au pied du château


Felice VARINI
Ellipse sans titre

Ellipse sans titre, Paris 2018, acier corten, 225 x 250 x 195 cm – Photo André Morin – Courtesy Semiose, Paris.

Une énigme d’acier, mouvante, dans un cadre de pierre immuable

Felice Varini poursuit depuis 40 ans une démarche à travers laquelle il instaure des échanges particuliers entre un lieu, sa création et les perceptions suscitées par ses interventions. Dans des endroits très précisément choisis, il analyse minutieusement l’espace, la lumière, le volume où installer son travail.
Il s’agit le plus souvent d’anamorphoses qui transforment les sites de leur ‘habillage’ imprévisible. Son œuvre se rapproche alors de la peinture lorsqu’il joue de bandes d’aluminium colorées pour transformer une  architecture le plus souvent empreinte de dignité (une de ses dernières interventions, en Occitanie, fut la ‘mutation’ des murailles de Carcassonne, en 2018).
Felice Varini pose aussi des œuvres relevant de la sculpture, circulaires ou elliptiques. Cet été, c’est au château de Monbazillac qu’il placera son Ellipse sans titre. Elle s’installera comme une énigme aux abords de ce bâtiment protestant du XVIe siècle, intact, robuste et raffiné, non sans une pointe de fantaisie. Un lieu unique, dominant  la vallée de la Dordogne, entouré depuis toujours des vignobles qui portent son nom.

♦ Le lieu

Château de Monbazillac : façade ouest

Immanquable dès l’approche, s’encadrant avec justesse dans son paysage, ce château de vignerons surveille les 25 hectares dont il tire la puissance de son nom. Sa renommée vient du Botrytis cinerea, champignon microscopique qui donne à son vin cette douceur liquoreuse si particulière. Il appartient aujourd’hui à la Cave coopérative de Monbazillac.
Vers 1550, Charles d’Aydie en commande la construction, menée tambour battant.
Un plan très simple : un rectangle flanqué de quatre tours circulaires, un pont fixe franchissant l’incontournable fossé, des mâchicoulis, meurtrières, créneaux et chemin de ronde pour la touche défensive.
Fief protestant, l’édifice a échappé à toutes les batailles et son architecture intacte fait plutôt songer à une image de conte de fée qu’à une seigneurie militaire. L’intérieur est raffiné mais de proportions sans grandiloquence : grand salon, salle d’apparat à la cheminée Renaissance, salle protestante conservant les archives de cette époque, ressources étonnantes comme des gravures de Dürer…
Des expositions d’art contemporain se tiennent régulièrement dans la grande salle de l’étage. De juillet à septembre, De juillet à septembre, Felice VARINI installe une sculpture elliptique à l’extérieur du château et Claire MORGAN transforme l’intérieur en une fête poétique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

♦ La page de l’artiste invité

♦ Vernissage

♦ Infos pratiques/Monbazillac

→ Situation

– Château très bien indiqué depuis D 936 (Bordeaux) D 933 (Marmande) N 21 (Périgueux au Nord et Agen au Sud) ou la rocade de contournement de Bergerac
Kakemono « Biennale épHémères » sur la grille d’entrée dans le parc de stationnement boisé du Château

Clic… agrandir

→ Horaires : de 10 h à 19 h de juillet à septembre

→ L’accès au parc et à l’extérieur du château sont gratuits en 2019.
Entrée gratuite pour 2 personnes dans le château pour visiter l’exposition de Claire Morgan (visite du château non comprise), sur présentation du carton d’invitation (à venir)

♦ Toutes les Infos pratiques


♦ Continuer le parcours d’épHémères 2019

Artistes, œuvres et lieux

♦ Presse

♦ Partenaires et soutiens

 

Biennale épHémères 2019 #7, un Festival en Nouvelle Aquitaine

 

 

un parcours artistique du département de la Dordogne

L’association Les Rives de l’Art est membre de ASTRE – Réseau des Arts plastiques et visuels en Nouvelle Aquitaine.


Retrouvez Les Rives de l’Art sur facebook

Biennales épHémères 2019 #7                                                                         Biennales épHémères

haut de page