Biennale épHémères 2019 #7 : Pedro MARZORATI, port de Tuilières/MOULEYDIER

 

Biennale épHémères 2019 #7
Parcours artistique
Art contemporain et patrimoine en Sud Dordogne-Périgord
6 juillet – 30 septembre 2019

 

Mouleydier, à Tuilières, port de Tuilières

Pedro MARZORATI
Mano à mano

Pedro Marzorati, Mano à Mano – ©Photo by PM ; courtesy de l’artiste

Mais qui a imaginé cet étrange port de pêche ?

« L’Homme a la capacité de modifier le monde qui l’entoure par ses actions, et sa main, celle qui manie les outils, peut tour à tour être créatrice ou destructrice, selon les choix qu’il fait et les décisions qu’il prend. Ma nouvelle série Mano à Mano met en scène celui qui s’acharne à façonner ce destin commun. »
Ces mains capables du meilleur et du pire, Pedro Marzorati les dépose pour nous interpeller dans des lieux très différents. Cela peut être, par exemple, au flanc d’une montagne, à 2000 mètres d’altitude, où les promeneurs en seront les découvreurs. Ce fut le cas au Val d’Escreins, dans les Hautes Alpes, lorsqu’une main articulée de cinq mètres de long avait été taillée dans des troncs de mélèzes environnants. Ou, d’une tout autre manière, aux pieds de la patricienne maison du Moussel à Andrésy  (Yvelines). Cette fois, deux mains tentaient de se rejoindre,  l’une sortant de la façade fin XIXe, l’autre émergeant du parc, l’ensemble pesant quelque vingt tonnes de bois. Pour Pedro Marzorati cette œuvre double « parle de tout ce que l’homme peut faire de bien ou de mauvais ».
Pierre Bongiovanni, commissaire de cet événement, citait pour sa part Claude Levi-Strauss à cette occasion : « En ce siècle où l’homme s’acharne à détruire d’innombrables formes vivantes, après tant de sociétés dont la richesse et la diversité constituaient de temps immémorial le plus clair de son patrimoine, jamais, sans doute, il n’a été plus nécessaire de dire, comme font les mythes, qu’un humanisme bien ordonné ne commence pas par soi-même, mais place le monde avant la vie, la vie avant l’homme, le respect des autres êtres avant l’amour propre ; et que même un séjour de deux ou trois millions d’années sur cette terre, puisque de toute façon il connaîtra un terme, ne saurait servir d’excuse à une espèce quelconque, fût-ce la nôtre, pour se l’approprier comme une chose et s’y conduire sans pudeur et discrétion ».

L’étrange et symbolique sculpture Mano à Mano est invitée à se poser dans un espace à sa mesure (elle en paraîtra d’autant plus grande), au petit port de TUILIERES, à deux pas des hommes bleus, ses compagnons d’imagination. La tâche est gigantesque, cumulant le travail de bûcheron, d’ébéniste, de polisseur, de sculpteur, d’installateur, de poète. Heureusement, le metteur en scène est aussi artiste…

♦ La page de l’artiste invité


♦ Vernissage

♦ Le lieu

Entre le canal de Lalinde et la Dordogne, la Voie verte, dénommée aussi Vélo route 91, reliera bientôt Souillac à Libourne (240 km).
En aval du barrage de Tuilières, la Voie verte entre non aménagée dans le village de Tuilières et en ressort en Vélo route : les eaux de la rivière Dordogne se fondent dans une petite échancrure arrondie de la rive droite, baptisée ‘port’ par les habitants de Tuilières dont bon nombre était autrefois bateliers.

♦ Infos pratiques/Tuilières

→ Situation

Clic… agrandir !

→ Horaires : accès libre et gratuit à toute heure

→ Accès et signalétique
– Fléchage « Biennale épHémères » sur la D660 et sur la Voie verte
→ dans le village : 2 accès
• le Chemin des Fontaines est une impasse, stationnement recommandé le long de la D660, accès piétonnier préférable : accès au lavoir et au port
• le chemin du Moulin de la Ressègue amène au bord du canal de Lalinde, près du bassin des écluses : stationnement pour 4 à 5 véhicules ; accès au port puis au lavoir en aval.

Promenade bucolique et artistique à Tuilières sur la Voie verte le long de la Dordogne
→ En aval sur la Voie verte, aménagée depuis le port de Tuilières, à quelques centaines de mètres : au lavoir de Tuilières, réalisation artistique des élèves en électrotechnique et chaudronnerie du Lycée des métiers Sud Périgord-Hélène Duc de Bergerac (professeurs : arts appliqués, Rosario Naissant-Marrero ; chaudronnerie, Olivier Chiarla)
En amont sur la Voie verte qui n’est pas encore aménagée, à quelques centaines de mètres : Pedro Marzorati, Where the Tides ebb and flow, bassin des écluses de Tuilières
→ Et si vous remontez encore, tout près, juste en amont des écluses, sur le chemin entre canal de Lalinde et usine hydroélectrique EDF…
En 2017, la Biennale épHémères #6 avait invité l’artiste Jean-François NOBLE et les élèves apprentis chaudronniers (RCI-1) du Lycée des métiers Sud Périgord-Hélène Duc de Bergerac, avec leur professeur Olivier Chiarla. Un partenariat avec EDF UP-Centre avait permis de les accueillir dans l’espace public de la centrale hydroélectrique de Tuilières, sur la commune de St Capraise de Lalinde.
De l’oeuvre
Saumon becquart à l’échelle du ciel, on peut toujours voir les montages photographiques de Jean-François NOBLE (en collaboration avec Michel LOISEAU) et les « toits-écailles de saumon » réalisés par les lycéens pour les panneaux d’information qui abritent aussi les photographies.
Horaires : à voir sur la grille d’entrée de l’usine… On peut apercevoir une partie de l’œuvre et les « toits-écailles de saumon » depuis le chemin qui longe le canal.

♦ Toutes les Infos pratiques

♦ Continuer le parcours d’épHémères 2019

Artistes et lieux 

Les liens fonctionnent pour les visuels encadrés en rose ; les autres sont à venir.

♦ Presse

♦ Partenaires et soutiens

Clic… entrez sur les sites ou page Facebook des partenaires.

→ Partenaires et soutiens de la Biennale éphémères #7

           

Syndicat du canal de Lalinde

     

       

→ Spécial : partenariat projet Hortus gardinus

         


L’association Les Rives de l’Art est membre de ASTRE – Réseau des Arts plastiques et visuels en Nouvelle Aquitaine.


Retrouvez Les Rives de l’Art sur facebook

 

Biennales épHémères 2019 #7                                                                              Biennales épHémères

haut de page